Lien

Chronique du sexisme ordinaire

Il n’y a pas si longtemps que ça, je ne travaillais pas encore. Le monde de l’entreprise était pour moi une image lointaine et effacée. Et puis miracle, j’ai trouvé un boulot. Joie suprême du retour à la vie active !

Mon diplôme en poche, ma bonne humeur et ma joie de vivre avec moi, je suis partie à la conquête de la société. J’avais juste oublié que j’étais en France, et que le monde du travail était aussi hostile aux femmes que la jungle aux explorateurs. Petit florilège de mon pain quotidien. (Ce palmarès fut effectué après seulement 15 jours de travail.)

Après trois jours dans l’entreprise, mon n+1 profite d’un déplacement au siège pour me présenter au numéro 2 de la boite. Après quelques minutes de conversation, le dit numéro 2 s’enquiert de mon confort. Mon n+1 lui explique qu’au départ de ma prédécesseur, il a pris son bureau, plus grand et plus agréable. Le numéro 2 le félicite pour ce choix stratégique :

 » Vous avez raison.  On ne va pas se laisser faire par nos bonnes femmes. »

Ma prédécesseur et moi même sommes ingénieures, mais nous serons toujours à ses yeux, des femmes aux foyers qui doivent garder leurs places.

En début de semaine, notre équipe enchaîne les réunions de travail pour passer en revue les problèmes techniques. Le dossier d’une directrice d’établissements spécialisés arrive sur la table. Plusieurs erreurs ont été commises sur les précédents devis, et nous devons expliquer à cette cliente pourquoi les travaux seront plus chers. Les hommes autour de la table doute qu’elle ait compris le problème. L’un des techniciens décide de la défendre parce que :

 » C’est normal qu’elle n’ait pas compris, c’est une femme »

L’assemblée, toute masculine, s’insurge en me pointant du menton. Il ne faut pas dire ça voyons ! Ça ne se fait pas ! Apparemment les réflexions sur l’incapacité des femmes à tenir un volant, qui suivront deux minutes plus tard, ça par contre, c’est admis…

En fin de semaine, j’ai eu la chance de rencontrer ma prédécesseur, revenue pour 15 jours, une petite pause avant son congé (maternité). Par souci de place et de commodité, on s’installe toutes les deux dans le même bureau. La semaine se passe très bien. Grâce à son expérience, j’apprends beaucoup et je suis super contente de travailler avec elle. Ce qui semble, somme toute, plutôt réciproque. Lorsque le numéro 2 de la boite rentre dans notre bureau pour faire une visite de courtoisie, son premier réflexe n’est pas de nous saluer mais de nous demander :

« Vous ne vous êtes pas encore crêpées le chignon? »

Je l’ai senti vaguement déçu que le ring de boxe ne soit pas monté au milieu du bureau.

Nous avons toutes les deux été soufflées par la réflexion. Pour le coup c’est bien connu que deux femmes ne savent pas travailler entre elles, et ne peuvent pas avoir de débat constructif.

Fin de mes deux semaines d’essai. J’ai un problème technique à trancher, pour ne pas prendre une décision stratégique et le regretter ensuite, j’appelle mon n+2 au téléphone. Je le vois tous les jours, je le connais bien, il ne devrait pas y avoir de problème. Après m’être présentée solennellement j’attends confirmation qu’il m’a bien reconnu :

 » Que voulez-vous mon petit ? »

Tout va bien apparemment, il m’a reconnu, je suis juste devenue sa domestique au passage.

Après en avoir parler à des hommes lors d’un covoiturage, ils m’ont assuré que ce n’était que de simples blagues lourdes et de mauvais goût. La répétition de l’expérience sur un public masculin scandinave n’a pas eu du tout le même résultat. Ils étaient tellement sans voix que cette anecdote a cassé toute l’ambiance du dessert. Mes collègues ont été traités de « douchebag ». Comme quoi tout est une affaire de culture.

Publicités

4 réflexions sur “Chronique du sexisme ordinaire

  1. Je compatis… la France n’est pas la seule comme ça (malheureusement). Le Québec est rempli d’exemple de la sorte et je pourrais moi aussi longuement parler de  »relation » au travail. Plus qu’une question de culture, c’est une question d’éducation: les suédois l’ont d’ailleurs compris !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s