Belle pour qui ?

En commençant à rechercher Mlle Parfaite et à vous raconter cette quête ici, j’ai laissé tomber beaucoup de ma culpabilité. Si je ne suis pas Mlle Parfaite, je vais procéder scientifiquement (ma meilleure façon de faire en général) et essayer de la chercher partout. Comme ça, je pourrais mieux la comprendre, l’interroger (gentillement) et la trouver notamment un peu en moi.

Dans le même temps, le fait que ce soit une quête a un peu posé le principe : comme la quête du Graal, c’est infini et inaccessible. En somme, je ne vais probablement jamais mettre la fin sur Mlle Parfaite (on s’en serait douté) ! Mais ce n’est pas grave car, au final, c’est le voyage qui compte !

Du coup, ca ouvre la possibilité à un questionnement permanent, chaque réponse faisant tomber une question qui laisse une autre apparaître dans toute sa splendeur ! La nouvelle est la suivante : le matin quand ton pinceau est suspendu dans les airs avec la dernière couleur hype de la palette Naked 3, tu te fais belle pour qui ? Les 5 minutes que tu prends en plus le matin pour te préparer quand Loulou est déjà sorti de l’appartement, c’est pour qui ? De même, le soir, entre ta crème de nuit et ton huile démaquillante hors de prix, pour qui as-tu dépensé tout cet argent ?

C’est une question quotidienne pour moi. C’était évident qu’on y viendrait à un moment donné dans notre quête et il est même surprenant qu’on ne soit pas tombé dessus avant. C’est aussi incroyable que peu de gens en parlent. Au vu du temps, des efforts, de la douleur parfois (épilation à la cire youpi !) et de l’argent qu’on y met, il y a intérêt à ce que la réponse soit à la hauteur.

Alors évidemment, d’emblée, on a envie de dire : « je me fais belle pour moi ». Ce serait la meilleure des justifications et elle couperait court au débat. Sauf que si on gratte, ce n’est pas tout à fait complet ! Je me fais en effet belle pour moi et derrière le « moi », je mets mon estime, ma confiance en moi, mon pouvoir de séduction. En somme, je me fais belle pour moi, ce « moi » qui est une image que je projette au monde et dont je veux tirer un certain bénéfice (Freud dirait que je parle de mon surmoi).

Donc « moi » renvoie déjà aux personnes autour de moi. Ensuite, je pourrais dire que je me fais belle pour le regard de mon compagnon. Une personne dans cet ensemble de gens que je cherche à convaincre autour. Sauf que dans ce cas, pourquoi les soins de nuits aux couleurs horribles existent ? Dans ces conditions, si on se fait belle pour l’intérieur (notre maison et notre cercle familial), ça va être dur de passer le dimanche avec des rondelles de concombre sur les yeux et un masque à l’argile (chouchou râle déjà quand je mets du shampoing sec parce que ça masque mon odeur !)

Une dernière réponse, on se fait belle pour le monde extérieur justement. Les inconnus dans la rue, les collègues de travail mégères, les beaux jeunes hommes à séduire pour le plaisir… Mais c’est aussi une réponse que je trouve incomplète évidemment. En quoi des inconnus sont-ils plus importants pour moi et à mon image que ceux que j’aime autour de moi ? Pourquoi dois-je paraître plus infaillible à eux qu’à ceux dont l’attention m’importe vraiment ? Surtout quand on sait que les femmes trop belles prennent des risques professionnels.

La question reste ouverte et me perturbe encore, les deux mains autour de mon thé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s